Vous avez trouvé une chauve-souris ?

Ne manipulez pas les animaux sauvages  à mains nues : munissez-vous de gants en cuir épais. Un animal en situation de détresse et effrayé peut essayer de mordre pour se défendre.

Précisons que les éléments ci-contre sont là pour vous aider à identifier si la chauve-souris s’avère en état de détresse ou non, et vous donne la procédure à suivre si c’est le cas. Les soins ne peuvent être réalisés que par des professionnels ; si vous avez le moindre doute, contactez-nous au 09 67 38 18 59 / 06 33 26 77 51 ou par mail (contact@amikiro.fr), AVANT MANIPULATION.

Vous êtes loin de chez nous ? Vous pouvez aussi vous rendre sur le réseau d’aide du Muséum d’Histoire Naturelle de Bourges afin de trouver un contact au plus proche !

La chauve-souris est-elle en danger ?

Tout d’abord, il est primordial de déterminer si la chauve-souris se trouve dans un état de détresse, et nécessite de l’aide, ou bien si elle se trouve simplement dans son milieu naturel. Car oui, même votre maison représente pour cet animal son milieu de vie habituel !

Où se situe l’animal ?
Un individu retrouvé au sol, très bas sur un mur, dans l’eau ou en plein soleil est certainement en difficulté.
Au contraire, s’il se trouve derrière votre volet, caché dans une fissure, au dessus d’une poutre : il est simplement au repos pour la journée.

Est-il blessé ?
Il a été ramené par votre chat ou votre chien / elle est collée à du papier tue-mouche / vous voyez du sang / une déchirure de la membrane / il n’arrive pas à voler / etc… contactez nous immédiatement ! Ne manipulez la chauve-souris qu’uniquement si celle-ci se trouve en danger : présence de prédateurs, en plein soleil, si elle s’échappe… et à l’aide de gants épais.

Vous avez trouvé un bébé ou un juvénile

Vérifiez en premier lieu qu’il s’agit bien d’un jeune. Les mères donnent naissance à leur unique petit entre juin et juillet, aussi il est très rare de rencontrer des juvéniles en dehors de la période estivale !
Les nouveaux-nés sont dépourvus de poils, et leurs yeux sont fermés. Au fil de leur croissance, ils développent un poil ras et grisonnant, et ouvrent les yeux.

La plus grande chance de survie pour un juvénile est de retourner dans sa colonie, près de sa mère.

Tentez de localiser la colonie de chauve-souris d’où provient l’individu. Il est fréquent que celle-ci se situe juste au dessus de là où vous l’avez trouvé. La présence de crottes peut également être un indicateur.
Si possible, replacez l’individu directement dans la colonie, où près d’un trou d’accès vers celle-ci (les jeunes sont capables de remonter eux-même sous une toiture par exemple).
N’hésitez pas à nous contacter, nous pouvons vous aider à trouver la colonie.

Sinon, il est également possible de tenter de le rendre à sa mère à la nuit tombée :
Pour la journée, placez le jeune dans une boite fermée (avec des trous pas plus gros que ceux fait par un stylo) avec du tissu et une bouillotte contre la boîte pour éviter qu’il ne se refroidisse.
Préparez un verre simple, que vous retournez (le culot vers le haut). Enfilez une chaussette par dessus. Posez l’ensemble dans un plat afin de protéger le petit d’une éventuelle chute. 15min avant le coucher du soleil, déposez le juvénile sur la chaussette, et placez le dispositif en hauteur à l’extérieur : la mère va commencer la nuit par chercher son petit, avant d’aller chasser, elle pourra alors se poser sur la chaussette, le récupérer et reprendre son envol.
Il est également possible de remplacer le verre par une petite bouteille rempli d’eau tiède, afin de maintenir le jeune au chaud. Attention, le dispositif doit être stable.
Si le jeune est toujours présent 2h après, replacez le dans sa boite toujours avec une bouillotte à disposition.
Il est conseillé de retenter l’expérience deux soirs de suite avant de le rapatrier vers un centre de soin.
N’hésitez pas à nous contacter à tout moment !

Page en construction
Vous abritez une ou plusieurs chauves-souris chez vous ?
Page en construction
Bébé rhinolophe années 90